« Objectif zéro culpabilité »

Ambitieux programme, non ? Voire objectif inatteignable, puisque dès que l’on devient mère il me semble que l’on sombre à tout jamais dans la culpabilité : « j’aurais du faire ça, j’aurais du lui dire cela, j’aurais pu éviter de réagir de cette manière, est-ce que j’ai raison de faire comme je fais ?

culpabilite
Photo issue du blog : http://psycho-ressources.com/blog/la-culpabilité

 

 

Est-ce que cette décision est vraiment la meilleure pour mon enfant ? » Une ritournelle sans cesse égrainée à tout va et pour le moindre sujet : le choix du lieu de naissance, les vêtements (trop chaud ? Trop froid ?), les soins, les couches, le portage ou la poussette, l’alimentation, la crèche ou la nounou, l’école, l’éducation, etc., etc.

La culpabilité que je veux aborder ici, est celle, oh combien brûlante, du non-allaitement. Comment faire pour l’éviter ?

D’abord, si celui-ci relève d’un choix personnel, se poser les bonnes questions bien avant la naissance. Par exemple « Et si je me mettais à la place de mon bébé, de quoi aurait-il envie, lui ? » ou encore « Qu’est-ce qui me pose problème avec l’allaitement ? Est-ce vraiment insurmontable pour moi ? Est-ce qu’il y a une manière de faire qui pourrait me correspondre ?», etc. Et ne pas hésiter à s’armer d’un stylo pour les lister une à une. Puis trouver la ou les personnes auprès desquelles vous pourrez vous informer réellement sur l’allaitement maternel : personnes véritablement formées dans le domaine, qui savent aussi écouter les doutes et apaiser les peurs, avec lesquelles vous vous sentirez en confiance. Pour les choisir le bouche à oreilles est la meilleure des sources.

Ainsi, la décision prise le sera en toute connaissance de cause et non pas fondée sur des rumeurs sans consistance aucune : soit une petite envie de vous lancer dans l’aventure germera en vous (allez, oui, je l’avoue, c’est vers cela que va ma préférence 😉 ), soit votre refus d’allaiter sera encore plus net, venu du plus profond de vous, sans que vous n’ayez nullement à vous justifier :  « je sais que le lait artificiel n’arrive pas à la cheville du lait maternel notamment en terme de qualité nutritionnelle, mais vraiment, allaiter, ce n’est pas pour moi. » Et j’ai envie d’ajouter : point, barre. Personne, absolument personne, n’a à s’immiscer dans cette décision qui vous appartient totalement.

Pourquoi est-il si important alors que vous soyez claire avec vous-même ? Tout simplement pour que vous soyez claire face aux autres : que vous n’ayez pas envie de mordre une femme qui allaite devant vous 😉 (en traduisant cette envie par des propos accusateurs ou la diffusion de rumeurs négatives et de fausses informations), et que vous soyez détendue face à une personne qui use de l’arme inutile et néfaste, de la culpabilisation. Mais aussi pour que vous puissiez continuer à être ce que vous êtes depuis le tout premier instant : la meilleure mère qui soit pour votre bébé.

Qu’en est-il de la culpabilité quand on n’a pas réussi à allaiter alors qu’on le souhaitait plus que tout ? Elle se transforme souvent en un lourd fardeau qui pèse terriblement sur nos épaules. J’ai rencontré l’autre jour à la maternité une jeune maman qui venait d’accueillir son 3ème enfant. Lorsque je lui ai parlé de ses précédents allaitements elle a eu une petite moue contrite, un haussement d’épaules et m’a dit d’une toute petite voix (comme si j’allais la gronder) : « seulement 1 mois chacun ». Je lui ai d’abord fait remarquer que c’était déjà 1 mois de pris ! En poursuivant la discussion j’ai découvert qu’elle avait « tenu » 1 mois, parce que la douleur était insupportable : en moyenne 8 à 12 fois par 24 h. à se faire pincer brutalement le sein, bien sûr que c’est insupportable ! Seulement, voilà, elle ne savait pas que ce n’était pas normal de souffrir, et c’est bien là où le bâts blesse : dans 99 % des cas (chiffres que je ne tiens que de moi : comme je l’ai dit ici, rien de scientifique dans mes propos…) c’est l’accompagnement dès la naissance puis dans les premières semaines qui fait défaut. Alors oui, il est de votre responsabilité de chercher l’information, trouver des ressources, aller au-delà des renseignements « de base » que l’on vous donnera. Parfois, vous n’aurez pas su qu’il était important de faire tout cela : vous aurez placé votre confiance au mauvais endroit, là où s’accumuleront des obstacles sans savoir que ce sont des bâtons que l’on met dans vos roues et non des perches salvatrices. Parfois aussi, vous aurez été informée, soutenue, vous aurez cherché toutes les solutions imaginables pendant plusieurs mois, et rien n’aura fonctionné ; dans les deux cas, c’est en pleurant que vous aurez fini par donner un biberon.

Ce non-allaitement douloureux fera alors partie de votre histoire, ce sera à vous de voir ce que vous en ferez. Il sera une expérience sur laquelle vous appuyer pour vivre différemment le reste de votre vie de mère : soit vous la garderez comme une plaie toujours vive et rien de positif n’en sortira (voire de l’agressivité envers les femmes allaitantes et l’allaitement en général), soit vous arriverez à faire en sorte que de belles fleurs naissent du riche compost ainsi accumulé. C’est tout le mal que je vous souhaite : peu à peu, avec le temps, la culpabilité empoisonneuse laissera place à un doux regret, voire à la nostalgie. Mais vous continuerez toujours, vous aussi, à être la meilleure maman qui soit pour votre enfant, sans nul doute possible.

Je continue à rêver.

Publicités

5 réflexions sur “« Objectif zéro culpabilité »

  1. Merci pour ce bel article (comme toujours). Vous arrivez à mettre une justesse que l’on retrouve rarement lorsque des personnes écrivent sur l’allaitement.
    Etre au clair avec son choix et chercher des informations, c’est vraiment l’important !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s