« Mon pédiatre m’a dit que…»

Vous la connaissez cette phrase au pouvoir incroyable ? Elle permet d’agir avec une grande liberté sous le regard bienveillant de votre entourage. Vous doutez ? Avec un peu d’imagination vous allez comprendre…

quoideneufdocteur

  • « Mon pédiatre m’a dit que je ne prendrai jamais trop souvent mon bébé dans mes bras » ;
  • « Mon pédiatre m’a dit que mon lait était très riche et convenait à tous les besoins de mon bébé » ;
  • « Mon pédiatre m’a dit qu’il était important pour sa santé de ne pas laisser pleurer mon bébé »;
  • « Mon pédiatre m’a dit que mon bout de chou de 18 mois avait bien de la chance de continuer à recevoir du lait de sa maman » ;
  • « Mon pédiatre m’a dit que partager la chambre avec mon bébé était le mieux pour le repos de toute la famille » ;
  • « Mon pédiatre m’a dit que le lait maternel se conservait bien plus longtemps que 48H. et qu’il était préférable que vous me le rendiez au lieu de le jeter» ;
  • « Mon pédiatre m’a dit que c’était normal que mon bébé se réveille encore la nuit, que c’était physiologique» ;
  • « Mon pédiatre m’a dit que même si je ne lui donnais qu’un peu de mon lait, c’était toujours mieux que rien, que ça avait au contraire beaucoup de valeur»;

Impressionnant la façon dont cette femme ou cet homme, à la parole quasi « divine », a le don de dire exactement ce que vous pensez. C’est évidemment clair pour vous : il s’agit là d’un personnage fictif qui peut être d’un grand soutien pour continuer à agir exactement comme bon vous semble avec vos tout-petits. Cette affirmation permet quasiment systématiquement de couper court à toute remarque que vous jugez déplacée. Non, non, je ne vous invite aucunement à mentir, juste à utiliser une image pour communiquer sur vos façons d’être parent et les rendre crédibles aux yeux des autres. Oui, l’image sacrée du « pédiatre ».

Vous avez aussi la version « ma sage-femme », un peu moins convaincante, malheureusement. Pour l’heure encore, j’ai la tristesse de vous annoncer que celle « ma consultante en lactation » n’a absolument aucune valeur… un jour peut-être…

Petite question : avez-vous conscience, Mesdames et Messieurs les pédiatres du pouvoir illimité que vous détenez ? Qui dit pouvoir, dit obligation… Obligation de s’informer pour bien transmettre, obligation de passer le relais quand on ne sait pas, obligation de ne baser son discours que sur des preuves irréfutables et non sur des croyances. J’ai donné ici un pouvoir positif à cette phrase, mais que de dégâts elle peut aussi créer… J’ai le regret de le constater tous les jours.

 

Et si un jour…

Et si un jour, la manière d’aborder l’allaitement en France changeait…

Entendons nous bien : je n’aime vraiment pas les généralités et j’apprécie énormément le proverbe asiatique qui dit « un arbre qui tombe fait plus de bruit que mille arbres qui poussent ». Mais trop c’est trop : un jour, promis, je m’intéresserai à tous ceux qui poussent mais pour l’heure le baobab qui tombe fait un bruit vraiment trop assourdissant : je recueille quotidiennement trop d’énormités transmises sur l’allaitement par… des professionnels de santé.

schtroumpf2

Petit florilège de contre-vérités :

  • « Mon médecin nous a dit que mon lait n’était plus assez nourrissant ; je dois passer au lait artificiel. J’en suis très triste mais mon mari m’a dit que le médecin savait quand même de quoi il parlait ! » ;
  • « L’ostéopathe dit à toutes les femmes qui allaitent de donner de l’eau à leur bébé avant la tétée sinon il va se déshydrater » ;
  • « Ma sage-femme m’a demandé de tirer mon lait et de lui donner au biberon pour voir combien je produis de lait » ;
  • « Mon pédiatre m’a dit qu’il était temps de commencer la diversification quand elle avait 4 mois. Je dois lui donner 1 tétée le matin, vers 12 h. 30 une purée et une compote, entre 16 h. et 17 h. 30 un yaourt et une compote, vers 19 h. 30 la tétée du soir. Je ne comprends pas parce que, depuis, elle se réveille 2 fois par nuit et elle tète avec appétit. Quand j’en ai parlé au pédiatre il m’a dit de lui donner une compote avant de la coucher. » (vu le régime imposé rien d’étonnant que bébé soit affamé ; donner du sucre avant de dormir, bien sûr, ça cale et ça calme ;( )
  • « Mon bambin avait la gastro et mon médecin m’a dit d’arrêter l’allaitement parce que ça donne la diarrhée » ;
  • « Mon médecin n’a pas voulu que je donne la tétée à mon bébé pendant qu’elle le vaccinait parce qu’un jour un bébé a régurgité sur elle » ;
  • « Ma sage-femme m’a dit que tout allait bien parce que mon bébé de 4 semaines prend du poids et que ce n’était pas grave s’il n’avait pas de selles. Mais moi je vois bien qu’il se tord de douleur et qu’il a mal » ;
  • « Mon pédiatre m’a affirmé que ce que dit l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) c’est dépassé maintenant. » 

Je pourrais malheureusement continuer encore longtemps comme cela. J’avoue que j’ai du mal à comprendre : pourquoi des personnes qui, a priori, possèdent plutôt une vision scientifique des choses, qui ont appris à se fier à la preuve plutôt qu’à l’idée, utilisent leur pouvoir (car oui leur pouvoir est immense sur des parents qui cherchent le mieux pour leur enfant) pour diffuser des idées fausses tout autant qu’infondées ? J’ai sans doute une trop haute opinion d’eux… ce qui ne peut que me pousser à être déçue.

Je suis une indécrottable rêveuse qui essaie de faire en sorte que ses rêves deviennent réalité, alors pourquoi pas… Et si un jour la majorité des professionnels de santé :

  • pouvaient répondre à une question sur l’allaitement « Désolé, je ne sais pas, je vous invite à contacter telle ou telle personne (association de soutien de mères à mères, consultant en lactation IBCLC ou autre professionnel de santé formé) qui pourra sans doute vous apporter une réponse » ;
  • pouvaient au moins se sensibiliser à la réalité de l’allaitement maternel plutôt que de contribuer à la diffusion de mythes et d’idées reçues, en se documentant auprès de sources officielles et validées ; sans pour autant croire qu’ils savent tout sur le thème (l’allaitement maternel est loin d’être une science exacte et on en apprend tout les jours en la matière) ;
  • pouvaient favoriser l’accès à un choix véritablement éclairé en refusant de faire gracieusement de la publicité aux fabricants de préparations lactées pour nourrissons (non ce n’est pas innocent un sous-main, une toise ou un pot à crayon à leurs couleurs) et en renvoyant le cas échéant vers d’autres ressources ;
  • pouvaient, si le sujet les intéresse, se former réellement et régulièrement à la question. Rappelons que les Consultants en lactation IBCLC doivent, s’ils veulent conserver leur certification IBCLC, apporter la preuve de leur formation continue au bout de 5 ans d’exercice et ont obligation de repasser l’examen au bout de 10 ans. A contrario, plusieurs médecins et sages-femmes que j’ai rencontrés m’ont affirmé qu’ils ne considéraient pas s’y connaître en allaitement à l’issue de leur formation initiale. En France il existe plusieurs possibilités de formation : DIU allaitement délivré en université, CREFAM, ACLP, Co-Naître, AM-F, parmi d’autres.

Voilà, si un jour tout ceci devenait réalité, il me semble qu’un immense pas aura été fait pour l’allaitement maternel en France. Je sais que beaucoup ont déjà relevé leurs manches pour s’atteler à la tâche. Heureusement. Et grand merci à chacun d’eux.