« Parler d’allaitement aux enfants»

Quoi de plus naturel ? Plus on leur parlera des tétées du bébé à venir, de celles de la petite voisine, ou de celles qu’ils ont connues nouveau-né, (ou du non-allaitement d’ailleurs, en le replaçant dans le contexte du moment) et plus cela leur semblera être un acte banal et évident. Voir un enfant manger, n’a rien que de très quotidien pour un autre enfant. Leur parler d’allaitement, oui, et le leur montrer, donc.

On invite bien volontiers des petits à venir regarder des chatons, des veaux, des porcelets ou des chiots téter, alors pourquoi ne pas leur montrer un bébé faire de même ? Pourtant, comme cela semble difficile… Je recueille facilement des témoignages de jeunes mamans dont la belle-sœur ou la mère avait fait sortir les petits cousins de la pièce où elle allaitait sous prétexte de « la laisser tranquille », alors qu’en fait elle se sentait gênée qu’ils assistent à un tel « spectacle ». Ou de la jeune femme, assise tranquillement sur un banc du square, nourrisson au sein, qui observe une autre femme tirant fermement sa fillette par la main pour l’entraîner au loin, tandis que celle-ci reste fascinée par le si joli tableau…

diane
Diane en pleine découverte…

Ne parlons pas de l’immense majorité des albums pour enfants… Avez-vous déjà vu un album intitulé « Le lait de ma mère » ? Première photo, un kangourou qui tète ; deuxième, un veau sous sa mère ; troisième, un bébé qui tient un biberon, posé seul sur un canapé ! Quel paradoxe, quel titre totalement trompeur ! Hop un biberon de lait de vache pour le bébé ! Peut-être suis-je mauvaise langue et qu’il boit effectivement le lait de sa maman (on peut toujours y croire 😉 ) quoiqu’il en soit, il n’est même pas dans les bras de l’un de ses parents ! ! !

Souvenir plus ancien… je découvre avec mon fils une histoire de Pomme d’Api… La famille Noé (dont les parents sont vétérinaires) visite une ferme. Mignon comme tout, la maman cochon a du mal à nourrir sa très nombreuse progéniture. Hop un biberon (de lait de vache ?) pour lui donner un coup de main. Bon. Un soutien comme un autre. Page suivante, vite, vite, vite, il faut se dépêcher parce que l’on va donner…le biberon du veau ! ! ! Sous le regard attendri de sa maman ! Argggh… Remarquez… au moins, là, il boit bien le lait de sa mère 😉

Comment voulez-vous que les enfants y comprennent quelque chose ? Si depuis toujours la norme qui leur est montrée c’est le biberon, ils vont naturellement s’en saisir.

isaacetlivre
…et Isaac aussi sur « A chacune son chemin pour un allaitement paisible »

Inverser cette tendance. Montrer et parler d’allaitement à tous. C’est ce qui nous a animé, Laura Boil et moi-même lors de la création de notre exposition photos et de notre livre « A chacune son chemin pour un allaitement paisible » (cf. l’article consacré à ce sujet ici ou encore là). Je ne résiste pas au plaisir de répéter peut-être une anecdote, tant elle est symbolique pour moi. Alors que je la connaissais à peine, Sandra, maman de deux enfants qui n’a jamais voulu allaiter a tout d’abord soutenu financièrement notre projet. Ensuite, vient la merveille des merveilles : « Tu sais, la dédicace sur ton livre, j’y tiens beaucoup, parce que le livre, il est pour Célia… » Célia, sa fille de 6 ans à l’époque. L’illustration exacte de mon souhait le plus profond : montrer à tous et à chacun que l’allaitement maternel existe ; qu’il n’y a pas qu’une seule voie ; qu’il peut y avoir une transmission positive de mère à fille sans qu’il n’y ait ni pression, ni forcément expérience précédente.

Oui, je veux parler d’allaitement à tous : aux vieux et aux jeunes, aux femmes et aux hommes, aux noirs et aux blancs, à ceux qui n’allaiteront jamais, aux homos et aux hétéros, aux martiens même s’il leur prenait l’envie de débarquer sur Terre ! Bien évidemment, aux enfants aussi. Pour maintenir vivant à jamais le lien lacté qui nous unit aux premiers hommes qui ont peuplé ce monde. Pour qu’un jour devienne exceptionnel le fait de donner à nos petits le lait d’une autre espèce que la leur.

Alors, parlons et montrons l’allaitement maternel aux enfants. Ils sont déjà notre « Demain ».

Je continue à rêver.

NB (Vous pouvez quand même trouver quelques albums qui parlent d’allaitement, notamment sur le groupe Facebook « Ma bibliothèque bienveillante »)

 

Publicités

Un bébé parfait

C’est le vôtre ? Quelle chance ! Ou bien êtes-vous persuadés que cette perle habite seulement chez vos voisins, vos amis, vos cousins ? Cela reste à voir.

Bébé est né et il a, a priori, tout ce qu’il faut : une tête adorable, de toutes mignonnes mains, des petons à croquer, bref il est parfait. Sauf que…

vanessa&swannblogSauf qu’il n’a pas été livré avec le mode d’emploi.
Sauf que Maman, seule à seule avec lui, se sent désemparée, incompétente : est-ce qu’il a faim ? Est-ce qu’il a mal ? Est-ce que je fais bien ?
Sauf que Papa ne sait pas comment s’y prendre avec un bébé et une femme qui pleurent tous les deux ensemble.
Sauf que dans tous les magazines vous avez vu de magnifiques photos de bébés souriants aux anges, dans les bras de leurs parents beaux à couper le souffle, visages attendris, attentifs, amoureux, affectueux et que si, vous, là, à l’instant T, on vous prenait en photo ce serait plutôt du genre les zombies arrivent et faites gaffe ils se sont reproduits.
Sauf que vous vous sentez carrément seuls face à ce qui vous tombe dessus et ce malgré les innombrables conseils dont les uns et les autres ne manquent pas de vous abreuver.

STOP ! PATIENCE… PATIENCE… Avoir un enfant est une aventure absolument incroyable, mais une Aventure avec un grand A : il y a et il y aura des hauts et des bas, on ne sait pas à l’avance ce que chaque jour nous apportera. Le temps est un allié précieux pour devenir parent.

Et si on parlait allaitement ? Tout pareil que si on n’en parlait pas, avec, quand même, un « chouillat » de pression supplémentaire. Parce que dans une société qui incite à ce que tout soit cadré, parfait, nickel, dès le départ, le côté « non quantifiable » de l’allaitement pose souci.

Lire la suite