Avoir peur ou non de la confusion sein/tétine ?

Quand le bébé allaité semble plus attiré par le biberon, voire, refuse le sein, certaines personnes évoquent la possibilité de cette fameuse « confusion sein-tétine ». Ce qui sous-entend donc qu’il ne faut JAMAIS proposer un biberon à un bébé allaité de peur qu’il refuse ensuite le sein.

c54cd01619725a4dabebc35be504cd7b_XL
Photo illustrant un article de LLL France sur le refus de téter

Pour ma part, je n’aime d’abord pas le mot « confusion ». Nos bébés sont loin d’être idiots et ils ne se trompent pas si facilement que cela (si l’on cherche le sens de confusion sur internet, on va tomber pêle-mêle sur les mots désordre, honte, défaut de clarté, destruction, mélanger…). Au contraire, ils sont même tellement futés qu’ils vont choisir ce qui sera le plus confortable pour eux. S’ils ont du mal à être efficaces dans leurs tétés (pour des raisons qui peuvent être extrêmement variées : naissance avant terme, même minime, ou « mouvementée », effets d’un anesthésiant, freins de langue et/ou de lèvres, etc.) ils vont donc préférer ce qui sera le plus agréable pour eux : cela peut être le biberon. A l’inverse, si le lait leur parvient à profusion par le sein de maman et qu’ils ont du mal à gérer cette grande générosité, ils peuvent aussi préférer l’afflux plus « tranquille » du biberon. Vous l’aurez compris, j’emploierai plus volontiers le terme « préférence tétine-sein ».

Maintenant, est-ce une réalité ? Est-il vrai que des bébés vont avoir ce comportement et est-il vrai qu’un seul biberon peut interférer avec un allaitement serein ? Bon nombre de professionnels de santé disent que cela n’existe pas. Bon nombre de mères affirment l’inverse. Qui croire ? Mes propos n’engagent bien sûr que moi, puisque je dirai que tout le monde a raison. Trop facile, et même démagogique (promis je ne me présente à aucune élection 😉 ) puisque je ne me mets ainsi personne à dos ! Si on pouvait arrêter de faire des généralisations, notamment en matière d’allaitement maternel, je serais au paradis : chaque bébé est unique, chaque femme est unique. Tout va donc dépendre de la manière qu’ils auront chacun d’inter-agir ensemble. Et également de la manière dont sera donné le biberon.

Il est indéniable que la succion au sein et celle au biberon n’ont rien de commun : la première fait intervenir plus d’une vingtaines de muscles, la second juste les lèvres et un peu la langue ; la première demande à ce que la bouche soit grande ouverte, la seconde peut être effective même avec des lèvres presque serrées. Des bébés vont passer sans aucune difficulté du biberon au sein et vice-versa. Ils savent adapter leur succion à chaque stimuli différents. D’autres vont commencer à « pincer » davantage le sein de maman ; on peut alors leur apprendre la différence, « rectifier » le tir en les invitant à ouvrir plus grand la bouche ; pour peu que ce signe-là soit le premier qui apparaisse, et non pas un refus brutal du sein…  Si grève de tétée il y a (puisque c’est ainsi que se nomme cet arrêt soudain de l’allaitement, rien à voir avec un sevrage), les conséquences peuvent être véritablement néfastes à la poursuite sereine de l’allaitement.

Petite histoire vraie : G. a du reprendre son travail alors que bébé E. avait 3 semaines. Elle avait un Réflexe d’Ejection Fort (REF) et bébé E. un frein de langue serré. Nous avons discuté ensemble de la possibilité de cette préférence. Les parents de Bébé E. ont choisi de donner le lait avec un DAL (Dispositif d’Aide à la Lactation) au doigt, le papa s’attelant à la tâche puisque c’était lui qui gardait bébé pendant les absences de sa maman. Par la suite, le frein de langue a été coupé, le REF s’est apaisé, bébé E. a grandi et… a pris aussi bien le biberon chez la nounou que le sein avec maman. Franchement, je ne sais pas ce qui serait arrivé si on était de suite passé par la case biberon. Peut-être rien au final. Mais qui peut savoir ? Dans le doute, je préfère informer et laisser le libre choix aux parents.

Daltaggée
Bébé E. prend son lait avec son papa et une sonde au doigt

Informer, cela veut aussi dire qu’il existe une manière particulière de donner le biberon à un bébé allaité : très bien expliquée par LLL France ici et montrée également là . Cela veut aussi dire qu’il y a des alternatives au biberon, en fonction de l’âge du bébé, comme le DAL (ou sonde) au doigt, la tasse à bec, la paille, voire d’autres encore à inventer, pourquoi pas ?

Donc, oui, il peut arriver qu’un bébé préfère le biberon pour l’une ou l’autre des raisons mentionnées plus haut. Si cela convient à la maman, tant mieux. Si ce n’est absolument ce qu’elle souhaite vivre il est important d’évoquer cette possibilité avec elle en amont pour être vigilant à ce que l’efficacité de bébé soit réelle, à la manière de donner le biberon voire au choix d’un autre moyen de lui donner son lait. Il est important aussi de l’aider à voir comment inverser la tendance et trouver le chemin qui lui conviendra.

En ce qui concerne l’allaitement maternel (comme dans de multiples autres domaines d’ailleurs…), on ne peut jamais dire jamais ou toujours. Chaque nouvelle histoire est une histoire à découvrir. Alors gardons-nous d’être dans la peur ou la certitude et avançons un jour après l’autre.

Je continue à rêver…

Publicités

« Demain… je le laisse…»

Après, au pire, quelques semaines, au mieux quelques mois, maman et bébé suivent des chemins séparés durant plusieurs heures par jour. Je suis toujours impressionnée par la détermination de ces femmes, à qui ont ne facilite pas forcément la tâche, qui décident de poursuivre leur allaitement à la reprise du travail.

J’ai aussi envie de dire à toutes celles qui pensent  a priori  que ce n’est pas possible pour elles, qu’il y a plein de façons différentes d’allaiter tout en travaillant. Tout dépendra de l’âge de bébé à la reprise, de l’envie ou la non-envie de maman d’exprimer son lait, de la durée de la séparation, enfin, et surtout, de ce que chacune souhaite vivre à ce moment-là, avec cet enfant-là.

airbus10
Salle d’allaitement d’Airbus Toulouse : un lieu d’intense activité…

 

Certaines vont tirer leur lait et le confier à la personne qui accueille leur tout-petit pour qu’il continue d’en bénéficier ; d’autres vont décider de donner du lait artificiel en leur absence et proposer leur lait à la source sans restriction, de jour comme de nuit, week-end compris, dès qu’elles seront avec bébé (condition qui peut être indispensable pour que la lactation se maintienne correctement, un minimum de 3 stimulations par 24h. étant nécessaire) ; d’autres encore vont trouver toutes les solutions possibles pour que la reprise soit plus tardive, même si les conditions économiques ne sont pas faciles, afin que bébé soit plus grand le moment venu ; d’autres enfin, vont s’acheminer vers un sevrage en douceur, diminuant peu à peu les tétées.

C’est pour cela qu’il est important de « préparer » la reprise du travail. Bien trop souvent, dans l’inconscient collectif, « préparer la reprise du travail » = « faire prendre un biberon à bébé ». A mon sens, ceci est loin d’être la priorité, même si cela peut faire partie des questions à se poser. D’abord parce que bébé saura très bien qu’à la maison c’est d’une manière et qu’à la crèche ou avec nounou c’est d’une autre. Et puis s’il n’en veut décidément pas le biberon n’est pas une obligation, on trouvera une autre solution. Ensuite, parce que cela peut engendrer du stress à la fois chez les parents, le bébé et la ou les personnes qui l’accueilleront (autant profiter du moment présent avec bébé pour l’allaiter sans se poser de question…). Enfin, parce qu’il y a tant d’autres choses à envisager, pêle-mêle : allongement possible du congé maternité ? Poursuite d’un allaitement exclusif ou mise en place d’une alimentation mixte ? Tirer son lait avec un tire-lait ? Lequel ? Dans quelles conditions ? Aménagement des horaires de travail ? Quelle connaissance la nounou ou la crèche ont de l’allaitement ? Effectivement, quand même, comment lui donner le lait ? Etc, etc…

Alors oui, préparer son retour au travail en faisant une liste de ce qui nous conviendrait à nous, en s’informant auprès d’autres femmes qui ont vécu ce passage (le blog « A tire d’ailes », blog des femmes qui allaitent et travaillent, de ma collègue Véronique Darmangeat est une ressource richissime ; des réunions de soutien à l’allaitement le sont également), en se documentant, en dialoguant avec papa et nounou, bref en cherchant des pistes. Sans oublier, encore et toujours, de vérifier que l’information que l’on nous transmet n’est pas de l’ordre de la rumeur infondée mais bel est bien un élément valide et validé. L’allaitement est loin d’être une science exacte, deux belles inconnues s’y rencontrent : une femme et son enfant. Deux individualités qui, depuis qu’elles se sont prises dans les bras, apprennent à vivre ensemble, s’apprivoisent peu à peu. La reprise du travail est une nouvelle étape de découverte, qui va peut-être se passer sans aucun souci ; qui va peut-être donner lieu à des doutes et des hésitations, des ajustements nécessaires, des allers et des retours en arrière ; étape qui va, à coup sûr, faire grandir tout le monde.

Une de mes amies, animatrice à La Leche League, m’a récemment raconté comment, il y a une quinzaine d’années, alors qu’elle installait une exposition sur l’allaitement dans un hôpital parisien, une pédiatre l’avait verbalement (et violemment) agressée, lui disant en substance qu’elle pouvait dire ce qu’elle voulait sur l’allaitement mais que « ça » c’était de la foutaise, que c’était entretenir les femmes dans un mensonge, qu’il fallait immédiatement qu’elle enlève ses affiches sur le sujet. «Ça» c’était « Allaiter et travailler, c’est possible »… Depuis, un long chemin a été parcouru, pas forcément dans les textes de loi (cf texte de V. Darmangeat sur la question) mais dans l’esprit des femmes : oui, elles savent que c’est possible ; elles savent aussi qu’il va parfois falloir qu’elles s’imposent. Il reste encore beaucoup à faire en la matière pour continuer à faire avancer les choses, à faire bouger les mentalités et évoluer les pratiques : nous sommes chacune l’un des maillons de la chaîne, agissons chacune à notre niveau.

Je continue à rêver…