« Qui » de la sucette (tétine, « suce ») ou du sein a été « inventé » en premier ? ? ?

Comme pour tout ce qui touche à la petite enfance il y a les farouchement contre la sucette et les tout aussi fermement pour. Chacun pour des raisons bien argumentées et totalement défendables.

Tosse

En ce qui me concerne je me rangerais plutôt dans la catégorie des « non-fans » sans qu’il y ait la moindre raison scientifique à cette position. D’abord pour une question purement esthétique : voir un tout petit tout mignon « décoré » par un machin en plastique qui lui mange le visage heurte ma soif d’harmonie ! Ensuite, je me dis qu’un enfant décide lui-même de mettre ou non un doigt à la bouche, alors que la mise de la sucette est une volonté extérieure qui lui est imposée, tout au moins lorsqu’il est nourrisson ; cela va à l’encontre de mon envie d’écouter les besoins des bébés. (J’ai entendu dire qu’au Québec elle était appelée « silencieux », est-ce vrai ? Si c’est le cas, cela montre que parfois elle répond davantage aux désirs des parents que du bébé ;)). Enfin, il me semble que plus tard un bambin ayant besoin de ses deux mains pour partir à la découverte du monde, il utilise son pouce dans les seuls moments qui lui sont réellement nécessaires mais pas en jouant ou en explorant. Et puis… sa bouche est libre pour qu’il s’exprime comme il le souhaite !

Tout ceci ne m’a pas empêchée de passer de longs moments avec mon petit doigt dans la bouche de bébé pour répondre à un besoin de succion exigeant…

Et sa santé bucco-dentaire vont s’insurger les « pro » sucette ? Ben… il y a l’allaitement bien sûr ;). Voir à ce sujet des informations variées dans l’article de Muriel Defrenne,(Dr en chirurgie-dentaire, consultante en lactation IBCLC, formatrice Am-f, animatrice LLL France), Allaiter Aujourd’hui n°92.

Ceci étant dit, mon propos aujourd’hui n’a pas pour volonté de « diaboliser » ce qui est quasiment devenu dans nos sociétés le symbole des bébés. Mais plutôt de faire en sorte que la sucette soit utilisée à bon escient car elle peut avoir un impact réel et négatif sur l’allaitement.

J’ai envie de partager avec vous cette histoire qui m’a profondément marquée, puisqu’il s’agit de ma toute première consultation en tant que consultante en lactation IBCLC, il y a quelques années de cela. Une maman m’appelle à l’aide car son médecin veut qu’elle donne des compléments à sa fille de 2 mois en raison d’une faible prise de poids. Au téléphone, toute heureuse de ce premier rendez-vous, je ne prends pas vraiment conscience de la gravité de la situation, et comme je suis allergique aux chiffres, je ne retiens pas celui qui m’a été donné. Quand je vois bébé arriver, bien active, éveillée, mais sans joues rondes et potelées la réalité me rattrape : alors que la prise de poids était correcte le premier mois, Pitchounette a pris 30 g au cours du 2ème mois… 30 g seulement en 1 mois … Pour vous faire une idée, un bébé prend, en moyenne, 25 à 30 g. par jour ! ! ! Je commence à évoquer l’idée que les compléments sont vraiment nécessaires parfois et nous passons en revue ce qui a changé dans le mois précédent.

Très vite, je comprends d’où peut venir le problème : l’entourage a commencé à dire à la maman qu’elle prenait son bébé trop souvent dans les bras, qu’elle lui donnait de mauvaises habitudes, qu’elle lui donnait trop fréquemment à téter, qu’il fallait que la petite prenne la sucette pour apprendre à rester seule dans son lit. (Faisons abstraction du fait que je trouve ces paroles déplacées pour un petit bébé de 1 mois qui jusqu’à peu était bercé et nourrit 24/24 par sa maman.) Cette manière de faire, observée à la lettre par les parents pensant que c’étaient eux qui avaient tort, a conduit à une prise de poids catastrophique.

Un nourrisson peut confondre son besoin de s’alimenter et son besoin de succion : en premier lieu il est primordial de répondre au premier ; proposer le sein aux signes d’éveil est l’une des bases d’un allaitement réussi. Utiliser la tétine, seulement après des tétées efficaces, est la base d’une bonne cohabitation allaitement / sucette.

Après qu’ils aient entendu les informations que j’avais à leur transmettre pour inverser la tendance (augmenter le nombre de tétées, veiller à leur efficacité, veiller aux signes d’éveil, limiter et même supprimer pour un temps la sucette et donner un complément au sein par le biais d’un DAL* de préférence ou d’un biberon donné après chaque tétée) les parents décident de ne pas complémenter leur fille et de mettre en place mes autres propositions. Malgré tout inquiète de cette décision, je n’ai pu m’empêcher de les rappeler tous les 2 jours pour savoir comment les choses se passaient. Le poids augmente peu à peu et 7 jours plus tard le verdict tombe : 290 g pris en 7 jours !

Durant tout le dernier mois sans prise de poids, bébé était calme, ne pleurait pas, n’inquiétait pas ses parents : il avait fréquemment la sucette en bouche… Elle n’est pas seule responsable de la situation ; c’est son utilisation excessive qui est en cause. Heureusement que la lactation de la maman s’était bien installée car elle aurait aussi pu accuser une baisse de production en raison du manque de fréquence des tétées. Un problème de poids en aurait entraîné beaucoup d’autres…

Et vous, comment vous servez-vous de la tétine ? Ponctuellement ? Jamais ?Systématiquement ? Partageons nos manières de faire pour donner des idées aux uns et aux autres ! Sans rentrer s’il vous plaît dans le débat stérile du pour ou contre 😉

*DAL : Dispositif d’Aide à la Lactation qui permet de complémenter tout en laissant bébé au sein.

Publicités

10 réflexions sur “« Qui » de la sucette (tétine, « suce ») ou du sein a été « inventé » en premier ? ? ?

  1. « Un nourrisson peut confondre son besoin de s’alimenter et son besoin de succion : en premier lieu il est primordial de répondre au premier ; proposer le sein aux signes d’éveil est l’une des bases d’un allaitement réussi. »

    Bravo pour cet excellent article! Merci de démystifier les problèmes que peut entraîner la suce. J’ajouterais que le besoin d’affection est aussi essentiel pour un petit bb et que le sein n’est pas que nourricier. 🙂

    J'aime

  2. Mon fils a eu une suce à J+2 de vie et l’a abandonné à 18 mois. Il ne la prenait que pour le dodo et en cas de gros chagrin. Il avait un énorme besoin de succion. Et dire qu’avant mon fils j’été contre maintenant j’ai révisée mon jugement. Et je n’aime toujours pas voir un enfant de 3/4 ans avec ce truc dans la bouche et encore moins s’exprimer avec je trouve ça absurde! Nous la suce permettait de répondre au besoin de notre fils ainsi qu’à le soulager de ses poussées dentaires. Je l’ai allaitée 7 mois dont 5 mois en exclusif la suce n’a jamais posé de problème et je savais différencier sa faim et son besoin de téter.

    J'aime

  3. Maman d un garçon de 8 mois né à 36 semaines,je lui ai donné occasionnellement la sucette à l âge de 2 semaines. Je l allaitais en exclusif et l avais presque toujours sur moi au sein. La médecin me dit votre fils à un énorme besoin de succion…la tétine pourrait lui faire du bien occasionnellement. J ai fini par craquer car je me suis dit comment puis je priver mon bébé de quelque chose dont il à besoin simplement parce que moi adulte et maman j ai un avis tout fait sur les tétines et que je n aime pas ça. Il cherchait son pouce depuis la naissance mais ne le gardait pas longtemps.alors la tétine oui à petite dose et maintenant à la crèche il a qqchose qui le rassure aussi.mon fils jongle entre son pouce et la tétine et sait très bien le faire seul depuis qu il est né. Je me souviens petit quand ça ne lui plaisait pas il repoussait la tétine avec sa bouche et il me souriait l air de me dire qu est ce que tu fais maman!!

    J'aime

  4. Ici pas de … (Je ne sais pas quel mot utiliser) tétine on va dire. Je ne crois pas qu’il en ait besoin. Si cela avait été le cas nous aurions fait de nécessaire.
    Beaucoup de petites mamies m’en parlent, c’est un objet qui les intriguent à tel point que leur absence fait parler positivement.
    C’est important que les parents sachent que ce n’est pas un élément indispensable à chaque bébé. Il faut savoir l’employer si besoin et surtout pas comme un « mode silencieux » pour enfant.

    J'aime

  5. J’étais contre la tétine et heureusement que Flavie n’avait pas aimé celle qu’on avait acheté « au cas où ». A 2.5 mois je reprenais le travail et chez la nounou il n’y avait plus de sein. En testant une autre tétine elle en a trouvé une que Flavie aimait et après discussion je lui ai dit de lui donner après chaque biberon (de LM). Après tout, chez moi elle passe toujours du temps à tétouiller après avoir fini de manger et j’aimerais bien qu’elle puisse faire la même chose chez la nounou. Chez nous c’est mon mari qui s’en sert beaucoup (puisqu’il n’a pas de sein!). Au départ j’en avais très peur pour la confusion sein/tétine et effectivement, elle commençait à réclamer spécifiquement la tétine et ne pas vouloir du sein. Franchement, je n’ai pas aimé… mais arrêter complétement la tétine aurait été trop dur pour mon mari…(il faut la porter pratiquement nonstop sinon).

    Maintenant (elle a 4 mois) Flavie gère. Pour manger elle veut le sein. Des fois aussi pour tétouiller. Et sinon elle veut la tétine, surtout quand elle est fatiguée ou en environnement trop stimulant (on sort beaucoup). Je lui fais confiance maintenant et ne flippe plus pour l’allaitement (qui se passe très bien).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s